Quand le journalisme se fout de la transparence

Ca a été le fail de la journée : le "journaliste" Stéphane Larue, du nouvel obs, qui titre "Mort de Bill Gates : Enormément d'hommages dans le monde". C'est en fait Stéphane Larue qui a commis la bourde, et qui l'a "corrigée". Je mets "corrigée" entre guillemets, car je resque choqué de son manque de transparence vis à vis de ses lectures. Plutôt que de rectifier son article, et d'admettre son erreur, il l'a tout simplement supprimé. Lorsque son article titrait "Mort de Bill Gates : Enormément d'hommages dans le monde", de nombreux internautes ont laissé un ou plusieurs commentaire (plus ou moins gentils ^) d'une part pour signaler l'erreur, et d'autre part pour s'indigner du manque de sérieux de son auteur (il ne s'agit pas ici d'une bête coquille, mais bien d'un manque d'intérêt total pour l'article qu'il a pourtant rédigé). Première réaction de l'auteur a la lecture des commentaires: changement du titre, ni vu ni connu. Pas d'edit pour mentionner l'erreur. Puis, il s'est aperçu (grâce aux commentaires, justement) que l'url de l'article, elle, restait inchangée. Il semblerait que Stéphane Larue ne soit pas un expert en informatique (rien de choquant à cela hein...), puisqu'il n'est pas parvenu à modifier l'adresse de l'article. Il l'a donc .... supprimé, et reposté un article sur le même sujet, sans erreur cette fois. Bilan donc : pas de réponse aux commentaires, un edit sauvage en toute lacheté, et finalement une suppression. Pas un mot, bien entendu, sur tout ça: fuck la transparence, et fuck les internautes qui ont pris la peine de signaler l'erreur. Néanmoins, le titre "Mort de Bill Gates : Enormément d'hommages dans le monde" nous avait prévenu que nous allions avoir affaire à un haut niveau journalistique. Si l'erreur est humaine, l'honnêteté aussi... Bref. Mon coup de gueule de la journée ^^