Facebook répond - presque - à l'Allemagne

\"\"Facebook fait face à une amende d\'un régulateur de la vie privée allemande pour ne pas avoir cherché à obtenir le consentement des personnes dont les coordonnées ont été stockées.Il est question du système d\'invitation du site et des fonctions de synchronisation de carnet d\'adresses, par lequel il télécharge et stocke les coordonnées e-mail et mobile et les carnets d\'adresses téléphoniques de ses utilisateurs.

Le problème, selon le commissaire de Hambourg pour la protection des données et la liberté de l\'information, est que certains de ces renseignements personnels ont trait aux personnes qui ne sont pas les utilisateurs de Facebook, et qui n\'ont pas donné leur permission au site pour stocker leurs renseignements personnels, ni pour les utiliser à des fins marketing.

Beaucoup de citoyens de l\'Etat allemand de Hambourg se sont plaints au cours des derniers mois du fait que Facebook passait leurs coordonnées à des tiers et stockaient des informations sur leurs relations de cette manière, selon Johannes Caspar, chef du service de l\'état de protection des données.

Ce stockage des données par des tiers est \"inacceptable\" en raison de ses implications pour la protection des données, a-t-il dit.



Facebook répond  (arf)

 

Facebook a confirmé jeudi avoir reçu une lettre du bureau de Caspar. 

\"Nous sommes en train de relire la lettre et nous  y répondront dans les délais impartis», selon une brève déclaration. 

Facebook n\'est pas le seul réseau social à offrir ces fonctions d?invitation d?ami ou d\'utilisation abusive des données de cette manière,  il s?agit seulement du plus important, a déclaré Caspar dans un communiqué publié mercredi. 

 

Le Commissaire est également préoccupé par la pratique de Facebook d\'envoyer des invitations par courrier électronique au nom de ses utilisateurs, ce qui suggère que cela peut tomber sous le coup des lois existantes qui interdisent certains types de publipostage. 

Facebook a jusqu\'au 11 août pour se défendre face à la commissaire à la protection des données,  si le réseau social veut éviter une amende. 

 

Suspense...

 

 

Source : Facebook Answers Claim by German Privacy Regulator