Comment Facebook va-t-il gagner de l'argent?

L’avenir de la société dépend de trouver le juste équilibre entre les attentes vis-à-vis de la vie privée de ses utilisateurs et la qualité des données pouvant servir à ses partenaire.

Pour beaucoup de gens, Facebook est le premier site sur que l’on visite lors d’une connexion au Web. Facebook s'est développé en une combinaison très attrayante d'un billboard en ligne, un album personnel, et un réseau de communication de groupe. Mais vous êtes vous jamais demandé pourquoi, permettant toutes ces choses, Facebook était gratuit?

 Eh bien, en fait, facebook ne l'est pas vraiment. Facebook propose ses services en échange du droit de saisir et de recueillir des montagnes de données démographiques et les préférences de ses utilisateurs (vous allez dire qu'ils ne vous l'ont pas vous dit lorsque vous vous êtes inscrit? :p). Ces données peuvent être extrêmement précieusespour les commerçants et annonceurs, car elles sont très détaillées et personnelles.

 

De nombreux observateurs Facebook croient que la société mettra  un jour sous licence son "graphe social», ou sa base de données d’informations de profils, de marketing pour que les annonceurs externes puissent l'utiliser pour cibler les annonces ou tout autre contenu à destination de clients potentiels. Mais pour être utiles aux spécialistes du marketing, les données utilisateur doivent être réglées sur «public», et Facebook a fait récemment fait un examen approfondi de la confidentialité des données de ses utilisateurs. À la lumière de l’opinion publique actuelle, tout bouge, vite, et si  Facebook monétisait ses données d'utilisateur, cela pourrait se révéler désastreux.

 

Qu'est-ce que Facebook va faire?

 Des solutions à portée de main : Facebook Business Today

Aujourd'hui, Facebook est principalement une plate-forme de publicité. Il vend des espaces publicitaires sur son site, et il aide ses annonceurs afin que leur publicité soit affichée à des groupes spécifiques d'utilisateurs de Facebook, basé sur les éléments "publics" des profils de ses membres. Facebook prend également une petite somme d'argent par le biais d'accords de partage des recettes avec les développeurs qui proposent des applications sur Facebook:  Facebook garde la main sur une certaine quantité de «données publiques de profil" pour les responsables d’application, leur permettant de personnaliser  leurs créations spécifiquement pour l’utilisateur.

 Et c'est tout.

Certains observateurs, tels que Tom Phillips, chef de la direction sociale Media6Degrees société de marketing, pense que l’utilisation Facebook est si populaire, et sa base de données des utilisateurs est tellement riche, que facebook peut faire de bonnes affaires en vendant l'espace publicitaire et l'hébergement des applications sur sa propre plate-forme. "Avec la quantité de traffic qu'ils ont, ils n'ont qu'à faire des choses simples", dit Phillips. "Ils peuvent faire de l'argent en vendant un assez grand volume d’ impressions en ligne, par la diffusion d'annonces sur leur site, fondée non pas sur des mots-clés mais sur les goûts et les préférences réelles des utilisateurs de Facebook."

 

Facebook a mis l'accent sur l'accroissement du nombre de ses membres, et cela a été un franc succès sur ce point: le nombre de comptes Facebook est maintenant de presque 500 millions. Ainsi, la taille de l'auditoire Facebook est attrayant pour les annonceurs et les responsables des applications, et comme un bonus, Facebook fournit des outils de données pour les annonceurs qui les aident à faire des impressions significatives sur les membres de ce public.

 Mais facebook est profondément redevable à ses bailleurs de fonds de capital-risque, qui, tout en percevant déjà des dividendes d'affaires de Facebook, se réjouissent à un salaire important (investissement et retour) très prochainemet. Pour l'instant, les investisseurs de Facebook donnent du temps à Zuckerberg.

Pourtant, Facebook a déjà pris des mesures audacieuses en ce sens, mettant régulièrement en place de nouvelles fonctionnalités pour capturer les données des utilisateurs, en  plus de ses capacités "graphe social" - et essaie de faire de son mieux avec les données « publiques ». C'est ce que le  marketing utilise pour s'assurer que les annonceurs viendront frapper à leur porte pour vendre des produits. Mais ces pratiques lui ont valu les foudres de nombreux critiques, de ceux qui, notamment,  s'inquiètent de la confidentialité des données des utilisateurs.

Ainsi, la question intéressante n'est pas «Comment Facebook se fait-il de l’argent en ce moment?" mais "Comment Facebook a-t-il l’intention d’exploiter son magasin massive de données afin de  réaliser le plein potentiel  lucratif au cours des deux prochaines années?"

 

Maintenir le cap?

Pour la plupart, Facebook a limité ses partenaires commerciaux à l'aide des données qu'il fournit aux utilisateurs de Facebook. Par exemple, Facebook offre aux annonceurs et développeurs d'applications l'avantage de ces données utilisateurs pour les aider à cibler les annonces et personnaliser le contenu dans les applications

Selon la Harvard Business School professeur Ben Edelman, Facebook pourrait s'en tenir à son modèle économique actuel, mais commencer à faire payer des choses gratuite pour le moment.   Car, à présent que Facebook compte 500 millions d’addicts, rien ne serait plus facile que de faire payer son accès…

 

Edelman estime que de nombreux partenaires de Facebook  seraient heureux de payer. "Si les compagnies aériennes américaines peuvent se permettre de dépenser 100.000 dollars pour concevoir leur page, j'imagine qu'ils pourraient tout à fait se permettre de payer 10.000 $ par an pour être visible sur Facebook," dit Edelman.

 Assis sur une mine d'or?

Pour  le marketing, les données Facebook ont potentiellement plus de valeur que les données recueillies par d'autres sites très populaires, comme Google. C'est parce que Facebook recueille un large éventail d'informations personnelles identifiables (PII) de ses profils d'utilisateurs. Les données ne contiennent pas seulement des données démographiques sur l'utilisateur, mais aussi des données en ligne et hors ligne «  aime et n'aime pas «  - et il en va de même pour leurs amis. Le détail personnel et social des données de Facebook pourrait donner un pouvoir sans précédent au marketing pour trouver de nouveaux clients.

 

Un profil Facebook peut contenir votre âge, le sexe et l'emplacement de l'utilisateur. Il pourrait également savoir que vous êtes un coureur passionné qui a assisté à une dégustation de vin, mardi soir dernier. On peut même savoir, par exemple, que vous avez récemment visité les sites Web de MSNBC.com et MoveOn.org. Un agent commercial  de Coca-Cola, de Saturn ou Nike, pourrait comparer cette combinaison de données démographiques et les préférences, afin de déterminer votre ressemblance avec des personnes qui ont déjà acheté leurs produits.

 

Mais il ya plus. Facebook recueille et rend «publique» a liste des personnes qui sont vos amis Facebook. Si un agent commercial  cherche à atteindre les personnes qui ont une bonne chance de sortir et d'acheter leur produit, ils chercheront naturellement à se concentrer sur les personnes dont les amis ont déjà acheté ce produit, explique Tom Phillips, de Media6Degrees.

 

Ce genre de «marketing social» est une façon beaucoup plus fine et efficace de cibler les clients potentiels que de s'appuyer sur l'approche traditionnelle des données démographiques (par exemple, «les hommes de 42 ans dans le Montana achètent souvent des camions Ford"). Les goûts et les habitudes d'achat de votre cercle d'amis, en d'autres termes, sont des facteurs prédictifs efficaces de ce que vous êtes susceptible d'acheter, que ce soit votre âge, le sexe, et les données de localisation.

 Marketing social anonyme?

Les critiques ont longtemps soupçonné Facebook de se préparer à vendre de gros morceaux de son graphe social à de grands spécialistes du marketing Web, mais à ce jour, la société ne l'a pas fait. Le fera - t - il? La plupart des observateurs pensent que oui. «Je ne pense pas que Facebook puisset arriver là où ils souhaitent être sans cela," dit Edelman Harvard. Le principal défi de Facebook est de trouver un moyen de gagner de l'argent avec ses données d'utilisateur sans les faire s'enflammer, eux et les groupes de défense tels la Cnul par exemple.

Regarder et attendre

À l'heure actuelle, Facebook suit de près la réaction des utilisateurs vis-à-vis de la vie privée et du débat qui fait rage depuis la dernière refonte des paramètres de confidentialité (fin avril). Le tollé a poussé Washington à parler de la nécessité d'un projet de loi protégeant la vie privée sur les outils réseautage social, ainsi que d'une Federal Trade Commission qui enquêterait sur les pratiques de gestion des données de Facebook et Google.

Bien que Facebook a pris l'habitude d’aller de l'avant avec de nouvelles fonctionnalités - et de demander pardon après, plutôt que la permission à l'avance – il est peu probable que l'entreprise commercialise immédiatement de gros morceaux de cette base de données marketing. L'air autour de Facebook et de ses données est donc très chargé en ce moment , prouvant que Zuckerberg et compagnie ont de bonnes raisons de faire preuve de prudence à court terme.

 

Donc Facebook regarde et attend de voir ce qu’il pourra revendre de vos profils. Il attend aussi le sort du projet de loi Rick Boucher au Congrès, et les conclusions de la FTC à propos de Facebook et des pratiques commerciales de Google en matière de confidentialité.

 

Une grande partie de l'industrie de la publicité en ligne espère être libre de se réguler, sans être entravée par un ensemble de règles rigides imposées par le Congrès ou de la FTC. 

A partir de : PcWorld.com