Faut-il refaire confiance à Facebook ?

Les paramètres de confidentialité de Facebook ont été améliorés : c'est un bon début. Mais ces nouvelles fonctionnalités ne régleront pas les problèmes de confidentialité de l'entreprise.

Suite aux critiques au sujet des changements récents de Facebook en ce qui concerne sa politique de confidentialité, les paramètres de confidentialité ont même été simplifiés.

Le nouveau service propose donc aux utilisateurs de contrôler qui peut voir le contenu qu'ils publient. Les utilisateurs peuvent configurer qui a une visibilité sur la liste de leurs amis et leurs pages personnelles. Et Facebook facilite les choses pour les utilisateurs qui souhaitent se retirer du partage d'informations avec les sites Web des partenaires.

Les modifications ont reçu des critiques positives de la part des défenseurs de la vie privée. Mais Facebook a encore un long chemin à parcourir.
 
 

Bien que simplifiés, les nouveaux paramètres de confidentialité de Facebook sont en effet «encore très complexes" : il reste encore tout un ersatz d'organigramme d'options. Bien que moins "lourde" que dans le passé, la complexité peut encore donner aux utilisateurs le sentiment qu'il y a trop de paramètres pour vraiment pouvoir tout contrôler.

L'Electronic Frontier Foundation affirme que les améliorations de la configuration de la vie privée sont "un pas positif" mais "il reste encore beaucoup de travail à faire."

Le FEP donne des conseils judicieux pour les personnes qui souhaitent maintenir un contrôle strict sur leur vie privée sur Facebook:  au lieu d'utiliser les paramètres par défaut, les utilisateurs devraient fixer le niveau de confidentialité général  sur un mode plus restrictif, comme par exemple "amis uniquement", puis utiliser les options de confidentialité spécifique pour les choses qu'ils veulent partager avec le monde.

J'ai résolu mon problème de confidentialité de Facebook simplement en supposant que, dès le début, tout ce que j'ai posté sur Facebook était public. S'il y a quelque chose que je ne veux pas montrer au monde, je ne le publie tout simplement pas sur facebook ni sur aucun autre réseau social.



Alors que les critiques préfèrent que facebook interroge ses utilisateurs avant d'apporter des modifications, ce système de consultation serait source de lenteur, et serait fatal à Facebook, qui se doit d'être sans cesse renouvelé, amélioré, et adapté. Au lieu de cela, Facebook fait des changements audacieux - les critiques disent qu'ils sont carrément irresponsables -, et écoute les cris et les hurlements d'indignation afin de réadapter les modifications en conséquence.
 

Et il y a toujours (et il y aura toujours) des cris et des hurlements d'indignation. Les utilisateurs de Facebook ont une relation si intîme et  personnelle avec le service que tout ce que Facebook fait, touche un nombre important de ses utilisateurs, les faisant crier et hurler comme des chats brûlés. Même des modifications relativement mineures, comme la mise en page  par exemple, génèrent un énervement de la part des utilisateurs.

Blodget fait une excellente constatation: Facebook mélange l'ensemble des activités dans un dangereux no-man's land, mélant information publique et information privée. Sur les services comme les blogs et Twitter, l'hypothèse par défaut est que tout est public, lisible par n'importe qui dans le monde. Avec les e-mail ou les messageries instantanées, l'hypothèse par défaut est que tout est privé, lisible uniquement par les participants à la conversation. Mais sur Facebook, il y a des choses publiques à tous, et des choses privés. Cela est source de confusion - et, parce que nous avons affaire à des informations des personnes les plus intimes ( et sentimental ?) cette indéterminable frontière peut nous embrouiller.


Prenez du recul et réfléchisez à ce que Facebook fait ici. Il est un pionnier d'un tout nouveau type de service, que la plupart de ses utilisateurs n'ont jamais vu auparavant : les règles et les limites sont encore à définir. Il est innovant dans un domaine - cette fine ligne entre public et privé - qui a toujours paniqué gens. C'est le fait de permettre aux gens de communiquer et de partager l'information qu'ils n'ont jamais auparavant. Facebook prend des décisions qui touchent des centaines de millions de personnes. Et c'est en essayant de rester en avance sur les concurrents, qui voudraient le voir avoir peur et devenir "conservateur", qu'il fait craindre à une divulgation excessive d'informations que nous voudrions voir rester privées.

Si Facebook décidait de changer radicalement son approche de l'innovation, et de demander l'approbation préalable sur tous les changements qu'il fait, son innovation serait ralentie, ouvrant la porte à une concurrence qui serait peut être encore moins regardante sur la non-divulgation de nos informations. Il serait également l'occasion d'un sacrifice du d'innovations que les gens refuseraient d'abord, mais qui pourrait bientôt devenir très populaire (par exemples les fils d'actu RSS). Étant donné que l'ensemble des produits de Facebook est sur la continuité de cette inflammables entre public et privé, les utilisateurs de Facebook ne risquent pas de savoir ce qui est pratique et appréciable jusqu'à ce qu'ils le voient en action. Donc, leur demander préalablement conduirait simplement à un grand nombre de «non», même en ce qui concerne les innovations que les gens finiraient par vouloir.



La Solution ?

Alors, comment Facebook peut-il reconquérir la confiance de l'utilisateur? C'est simple, mais pas facile: facebook doit se comporter d'une manière digne de confiance.

C'est ça, la solution. Ce n'est pas un problème de technologie, ce n'est pas quelque chose que les développeurs peuvent faire, ni même une équipe de concepteurs d'interface utilisateur.

Pensez à la question de votre propre vie. Si un ami ou un membre de la famille vous trahit, que faites-vous? Vous pouvez simplement les ignorer toute votre vie. Ou vous pouvez décider de tenter de réparer la relation, dans ce cas, la personne qui a fait du tort, doit présenter des excuses (Facebook l’a d’ailleurs fait). Ils doivent faire preuve de sincérité (Facebook l'a fait avec sa refonte). Mais ces choses ne sont que le prologue - le seul moyen de rétablir la confiance dans une relation brisée est pour la personne « briseuse » d'être digne de confiance.
Pas un jour, non pas pour une semaine, mais pour  très, très longtemps. La rupture de confiance n'est pas un problème qui peut être résolu par une solution rapide.